Clocks of the World
Bienvenue  Login Utilisateurs connectés:  1  
Bonjour cher visiteur.. Veuillez effectuer une connexion (login).  Votre adresse IP est 54.158.238.108

 


Critères de graduation


101e Escadron de Combat Virtuel - Division nord américaine - Québec Air Force

 


Critères de graduation des pilotes virtuels
du 101e Escadron

 

Introduction

Le grade d'un pilote au sein d'un escadron virtuel est évidemment bien différent d'une graduation militaire réelle. Néanmoins, puisque notre escadron virtuel vise une immersion vers la réalité, on se doit d'y donner une structure similaire et ce pour des raisons organisationnelles mais aussi de compétences générales.

Le grade d'un pilote au 101e ECV identifie la qualité et l'implication d'une personne au sein du groupe. Il ne signifie pas que ce pilote est nécessairement meilleur qu'un autre pilote moins gradé que lui, mais il signifie qu'il a droit à un certain respect puisqu'il a consacré de nombreuses heures à cette activité et à notre organisation. On peut voir cela un peu comme une marque d'ancienneté jumelée d'un certain niveau de responsabilités.

On ne gradue pas uniquement avec la longévité. Un pilote inscrit chez nous qui ne se pointe jamais ou qui ne s'implique pas beaucoup doit s'attendre à une rétrogradation. Il faut donc jumeler l'ancienneté et la participation avec une bonne dose de connaissances et de compétences lorsqu'on accède à un poste d'officier supérieur ou au sein de l'État-Major. Le Générald es Armées de l'Air du 101e ECV doit mettre en place des personnes en qui il a confiance et avec lesquelles il a des affinités pour mener à bien les orientations de notre organisation. Les aspects organisationnels sont donc un facteur important qui ont permis de faire évoluer cet escadron depuis 1998.

Notre organisation compte suffisement de pilotes virtuels pour que nous puissions mieux cibler les personnes qui mérite cette reconnaissance afin qu'ils puissent aider les autres membres par la suite. La participation est le principal élément de survie d'une activité comme la nôtre. Sans ces participants, toute cette structure ne signifie rien. On doit donc récompenser cette participation par une affectation spécifique à la structure de notre escadron.

Il faut également savoir que si tout le monde est à la plus haute marche, toute cette structure ne représenterait plus rien. Il faut donc faire la part des choses et savoir que tous nos pilotes sont importants pour la bonne marche de cet escadron. Tout le monde doit jouer son rôle pour que nous puissions améliorer cette immersion.

«Un commandant est une personne qui sait obéir à des ordres. Il est en mesure de comprendre ce que signifie une directive...»

 

 

Principes généraux

Un pilote qui n'adhère pas à une escadrille de combat en tant que pilote régulier peut graduer tout au plus au grade de capitaine à l'exception des pilotes qui ont plus de cinq années actives au sein de l'organisation.

Depuis le 11 mars 2007, il n'y a plus de restriction concernant le nombre d'officiers supérieur au sein d'une même escadrille.

Le Flight Leader (commandant) ainsi que l'Element Leader sont généralement les deux officers les plus haut gradés d'une escadrille de chasse en raison des fonctions associées à ces positions de vol. La priorité de graduation sera donc offerte aux positions 1 et 3 au sein d'une formation lorsqu'un choix de grade supérieur doit être attribué.

Un pilote inactif se voit rétrogradé après une ou deux saisons et ce jusqu'au grade de premier lieutenant et ce même si un pilote a plus de cinq années d'ancienneté au sein de l'organisation.

Un cadet qui a gradué second lieutenant doit normalement être actif pendant une session complète ( 5 à 6 mois) avant de passer à un autre grade.

Pour obtenir un grade de capitaine, on doit minimalement avoir participer de manière régulière depuis au moins deux (2) ans à partir de sa date de certification.

Un pilote qui donne sa démission ou qui est suspendu de notre organisation se voit rétrogradé immédiatement à second lieutenant.

Un réserviste actif est destiné à plafonner au grade de capitaine peu importe ses nombreuses compétences ou sa forte participation.

Lorsqu'un pilote quitte une escadrille pour la réserve (non assigné) ou pour un poste de réserviste assigné, il est de-facto rétrogradé à capitaine, mais sa situation pourrait être revue et corrigée lors de la prochaine période de graduation.

Un pilote qui change d'escadrille se voit normalement rétrogradé sauf dans certaines de ces conditions:

- S'il est un membre du Comité-Exécutif.

- Si le pilote était un commandant d'escadrille avec un grade de Lt-Colonel, alors dans ce cas, il se voit rétrogradé à major s'il ne demeure pas commandant de sa nouvelle escadrille; S'il avait déjà un grade inférieur à Lt-Colonel, il pourrait conserver ce grade s'il est assigné à un poste de element leader dans sa nouvelle escadrille.

- Si le pilote était à une position d'ailier (wing) avec un grade inférieur à major.

 

 

 

Les critères de graduation

 

Cadet

Le cadet n'a pas encore ses ailes de pilote virtuel certifié. Il n'est donc pas encore reconnu en tant que pilote au sein du 101e Escadron. Il est considéré comme un membre temporaire de l'organisation assujetti à une clause de réussite au programme de formation pour obtenir ses ailes.

Le cadet n'a pas les droits d'un membre certifié. Il ne peut généralement pas prendre part à des compétitions officielles sauf indications contraires.

 

 

 

Un pilote qui a été formé par nos instructeurs et qui a obtenu son brevet de pilote virtuel du 101e Escadron obtient de-facto le grade de second lieutenant. Il est alors assigné à notre unité d'agresseurs.

Un second lieutenant peut adhérer à une escadrille régulière après avoir obtenu l'autorisation du commandant de l'unité de réserve qui le concerne.

 

 

 

 

Pour obtenir ce grade, le pilote doit généralement avoir complété deux sessions active au sein de notre organisation.

L'obtention de ce grade nécessite donc une participation active au sein d'une unité de combat ou au sein de la réserve pendant au moins une période d'un an après sa date de certification. Il doit donc s'être présenté aux entraînements hebdomadaires de son escadrille s'il est assigné à l'une d'entres-elles ou avoir pris part à des vol libres ou opérations officielles s'il était réserviste.

Un officier qui intègre notre équipe d'instructeurs immédiatement après sa certification et qui offre au moins cinq (5) thématiques à des cadets peut recevoir ce grade après une période de six mois après sa certification.

Dans chacun des cas, si les compétences du pilote sont déficientes et doivent être améliorées, un report de sa graduation peut être appliqué, puisqu'il demeure à peu près au même niveau qu'une nouvelle recrue de la dernière session.

 

 

Pour passer au grade de capitaine, un pilote doit s'être impliqué de différentes façons au sein d'une unité de combat régulière ou au sein de notre organisation pendant les deux dernières année après la date de sa dernière graduation.

L'officier peut également avoir été responsable d'un dossier particulier ou avoir rempli un mandat précis au cours des deux dernière année après la date de sa dernière graduation.

Un réserviste non assigné qui vole régulièrement obtient généralement ce grade après deux ans et demie d'activité. Il est donc fortement suggéré d'adhérer à une escadrille régulière en tant que réserviste assigné ou pilote régulier pour obtenir ce grade dans les deux ans après sa certification.

Pour attribuer ce grade, le Général des Armées de l'Air peut, au besoin, consulter les supérieurs immédiats des unités de combat concernées afin d'obtenir un rapport des activités de ce pilote.

Pour être capitaine, un pilote doit également être en mesure de répondre efficacement aux ordres d'un commandant. Ce sera donc sous les propositions du commandant de l'unité de combat concernée que cette promotion sera analysée.

Si le pilote n'a pas été membre d'une escadrille régulière pendant au moins un an ou deux sessions contigües, des délais de graduation peuvent être appliqués.

Le capitaine doit nécessairement avoir été au sein d'une escadrille pendant plus de deux sessions complètes ou avoir été membre d'une escadrille pendant une session, réserviste pendant une autre et être instructeur à temps plein.

Son expérience de l'organisation et ses connaissances accumulées le distingue d'un pilote plus récent dans l'organisation. Ses compétences sont évidemment pris en ligne de compte.

Le capitaine doit être en mesure de bien comprendre le simulateur pour former ou partager ses connaissances avec d'autres pilotes plus récents. Le capitaine doit s'attendre a effectuer des mandats spéciaux spécifiques à son escadrille, qui lui sont confiés par son commandant d'unité. Il servira les intérêts de l'organisation avec une implication plus soutenue.

Le grade de capitaine signifie que le pilote a non seulement une participation active au sein d'une escadrille depuis au moins un an mais qu'il a également évolué au niveau de la maîtrise du simulateur. Il est maintenant un pilote plus expérimenté capable de répondre efficacement aux ordres d'un commandant.

Ce grade n'est pas attribué de-facto uniquement par ancienneté et nécessite donc des aptitudes et une participation active au sein d'une unité de combat en plus de recevoir une approbation de la part de son commandant d'escadrille.

Le pilote qui est membre du 101e Escadron pendant une période de plus de deux ans et demi depuis sa date de certification obtient généralement ce grade lorsqu'il est actif au sein de l'organisation (réserviste ou autre).

 

 

Le major est un pilote assigné à une escadrille de combat régulière qui participe de manière très régulière aux entraînements hebdomadaires de son unité de combat en plus de prendre part aux activités officielles.

Le major a été activement impliqué au sein de notre organisation depuis au moins quatre (4) ans depuis sa date d'adhésion. Il vole régulièrement avec une escadrille ou en tant que réserviste assigné à une escadrille.

Le major a acquis des connaissances sur plusieurs aspects des opérations en groupe (package). Il est en mesure d'exécuter très habilement les ordres de son commandant ou du chef de mission au cours de situations complexes.

Le major est également en mesure de diriger un élément d'une escadrille (groupe de deux) à la demande de son commandant et peut également remplacer ce dernier de manière à pouvoir diriger une escadrille en entier en cas de besoin (ex: perte du commandant pendant le vol ou remplacement de ce dernier au besoin).

Le major pourra éventuellement développer la capacité de devenir commandant d'une escadrille et assiste actuellement le commandant dans le bon fonctionnement de son unité de combat, afin d'organiser des entraînements et autres tâches connexes. Il doit être en mesure de planifier des missions tactiques. Il est maintenant un élément clé de notre structure organisationnelle et il se voit confier des tâches diverses de plus haut niveau.

Le major est généralement un pilote qui a une excellente connaissance des différents aspects stratégiques et militaires pour faciliter l'immersion de la réalité à la simulation.

Le major a généralement plus de trois ans d'ancienneté à titre d'officier au sein de notre organisation et doit avoir été à la position #3 (Element-Leader) ou commandant actif au sein d'une escadrille pendant au moins une session complète et doit dans ce cas avoir démontré clairement son leadership au sein de son escadrille. Le Général se réserve le droit d'analyser les compétences de ce pilote et de sonder les pilotes qui ont été sous son commandement, afin d'avoir une idée plus précise quant à la manière que cette personne a exercé son leadership auprès de son unité de combat.

Le major a généralement les compétences pour assister son commandant au cours d'une mission ou de prendre sa relève lorsque nécessaire. Il est également apte pour être un instructeur de plusieurs thématiques ou un responsable de thématique de formation des cadets.

 

Le Lieutenant-Colonel est généralement le commandant d'une escadrille de combat. Il a généralement un minimum de trois ans d'expérience au sein d'une escadrille régulière.

Il est en mesure de donner des directives opérationnelles aux pilotes de son unité de combat et est en mesure de gérer efficacement une unité de combat, tant au niveau des entraînements qu'au niveau tactique lors de missions à plusieurs composantes.

Le lieutenant-Colonel a également la capacité de mettre en place des scénarios tactiques avec d'autres membres du groupe stratégique et de s'assurer que les membres de son unité de combat pourront réagir en fonction des besoins stratégiques énoncés.

Le Lieutenant-Colonel produit des rapports à notre État-Major et a généralement participé à l'élaboration de matériel apte à être utilisé par les membres de son escadrille ou par d'autres unités de combat en vue d'améliorer ou de rehausser le niveau de compétences général d'une escadrille.

Le Lieutenant-Colonel est responsable d'une unité de combat, il doit régulièrement effectuer des tâches administratives pour le compte de l'organisation. Il doit faire régulièrement des rapports à notre État-Major et il est tout désigné pour prendre le commandement d'une unité de combat.

Le Lieutenant-Colonel est en charge de l'application des procédures adoptées par le comité exécutif au sein de son unité de combat.

Le Lieutenant-Colonel a la capacité de former les pilotes de son unité de combat de manière à atteindre un haut niveau d'efficacité lors des opérations. Il est également en mesure de faire des analyses des succès ou des échecs de son unité de combat après une opération officielle.

 

 

Le colonel est un membre du Comité Exécutif et a pour mandat de faire le pont entre les escadrilles et le reponsable de la division. Il doit continuellement faire rapport aux généraux de l'escadron sur l'état de situation des unités de combat.

Le colonel assure un appui logistique aux commandants des escadrilles de la division concernée. Il s'assure que les escadrilles sont conformes aux critères du 101e Escadron. Il voit au bon fonctionnement des opérations officielles en ce qui concerne la participation des unités de combat lors de ces activités.

Le colonel est autorisé à rendre visite aux escadrilles lors de leurs entraînements hebdomadaires afin de vérifier le genre de travail effectué par les commandants et s'assurer ainsi que l'ensemble des escadrilles offrent un programme de spécialisation équitablement réparti entre tous les pilotes de chacune des escadrilles du 101e Escadron de manière à ce que chaque unité de combat puisse évoluer sensiblement avec les mêmes paramètres que les autres unités de combat.

Le colonel a également la tâche de s'assurer que le "brevity code" inter-escadrilles est adéquat de manière a assurer l'interopérabilité entre les escadrilles lors des opérations à plusieurs composantes (package interoperability). La standardisation des procédures de radiocommunications inter-escadrilles est donc assurée par le Lieutenant-Colonel afin de maximiser les opérations conjointes vers un même objectif.

Le colonel doit être en mesure de travailler avec d'autres colonels de sa division de manière à répartir les tâches administratives envers les escadrilles concernées.

Le Colonel a donc une tâche qui exige parfois des travaux de gestion administratives mais surtout des activités inter-relationnelles entre ces deux composantes que sont la division et les unités de combats qui la compose.

Pour être nommé à ce poste, la personne doit avoir géré des dossiers antérieurs avec succès et être en mesure d'aider le Comité Exécutif a mettre en place les décisions et solutions qui s'appliquent aux unités de combats. Il doit donc avoir de bonnes relations avec les commandants des unités de combat de sa division.

Le Colonel est nommé par le Général des Armées de l'Air.

Le général des Armées de l'Air, peut gradué un offcier à ce poste même s'il n'a pas atteint le grade inférieur (Lt-Colonel), puisqu'il devient de-facto membre du Comité-Exéctif.

Un Colonel peut-être exclu du Comité-Exécutif en tout temps, et revient généralement avec un grade équivalent ou supérieur auquel il était assigné avant d'être nommé à ce poste. Cette procédure a lieu lorsque le Général des Armées de l'Air juge que le mandat de cet officier ne cadre plus avec le mandat initial, ou tout simplement afin de changer certaines orientations organisationnelles au sein de l'escadron.

On prévoit actuellement avoir un colonel par tranches de trois (3) escadrilles.

 

 

Brigadier-Général

Le brigadier général est actuellement celui qui gère une division au sein de notre organisation. Notre escadron est composé de deux divisions. Nos divisions sont basées sur la localisation géographique de nos deux entités (Europe et Amérique du Nord).

Le brigadier général est donc responsable des unités de combats de sa division respective.

Le brigadier général a donc le mandat de s'assurer que sa division respecte les orientations de l'Escadron et s'assure de maintenir une certaine homogénéité entre les deux divisions.

Il effectue les relations avec son homologue de l'autre division de manière à connaître et faire appliquer les différents standards proposés par l'État-Major. Sa collaboration étroite avec le Général des armées de l'Air assure l'orientation de notre organisation pour le futur.

Le brigadier général est en charge de dossiers qui ont un impact sur l'ensemble des membres de sa division. Il s'occupe donc de dossiers généraux et il est secondé par des colonels pour transmettre et faire appliquer les changements proposés par le Comité-Exécutif suites aux recommendations de son État-Major.

Le brigadier général est nommé par le Général des Armées de l'Air et est donc l'un des principaux collaborateurs pour l'évolution de l'organisation.

Un Brigadier-général peut-être exclu du Comité-Exécutif en tout temps, et revient généralement avec un grade équivalent ou supérieur auquel il était assigné avant d'être nommé à ce poste. Cette procédure a lieu lorsque le Général des Armées de l'Air juge que le mandat de cet officier ne cadre plus avec le mandat initial, ou tout simplement afin de changer certaines orientations organisationnelles au sein de l'escadron.

 

 

 

 

Major Général

Major Général.

 

 

 

 

Lieutenant Général

Lieutenant Général.

 

 

 

 

Général en chef du personnel

Général.

 

 

 

 

 

Le Général des Armées de l'Air est responsable des différentes divisions du 101e Escadron dans son ensemble.

 







Rétrogradations

Lorsque le pilote atteint le grade de capitaine, il est soumis à une réévaluation chaque année. Une période d'inactivité de plus d'une session oblige l'État-Major à retrograder le pilote. Pour avoir le grade de capitaine ou supérieur, on doit nécessairement être membre d'une escadrille régulière.

Ainsi, lorsque le pilote quitte une escadrille, il ne peut pas demeurer avec un grade de capitaine ou supérieur après un an. Tous les réservistes qui ont un grade supérieur à 1er lieutenant verront leurs dossier analysé chaque session par notre État-Major.

 



Remarques:

Le 101e ECV vise une structure militarisée similaire à la réalité. Il est entendu que le passage d'un grade à un autre s'effectue plus rapidement au niveau virtuel. Dans la réalité, le passage à des grades supérieurs nécessite indéniablement des formations additionnelles ou le changement d'unité de combat avec de nouvelles responsabilités et de nombreuses années d'expériences.

En résumé, un réserviste qui ne prend jamais part aux activités hebdomadaires d'une unité de combat demeure lieutenant de carrière.

Pour passer au grade de capitaine, un pilote doit nécessairement intégrer une unité de combat. Un pilote qui demeure un ailier sans volonté d'obtenir le commandement ou qui n'a pas le désir d'effectuer toute autres tâches organisationnelles ou administratives, demeurera capitaine de carrière, peu importe son ancienneté ou ses compétences. Les exploits en vol étant honorés par des rubans ou médailles lors de ces exploits ou lors des participations à des activités officielles.

Pour passer au grade de Lieutenant-Colonel, le pilote doit avoir pris le commandement d'une unité de combat ou avoir pris part à différents dossiers spécifiques. Le pilote qui occupe la 3e position de vol (Element Leader) est généralement le second officier le plus gradé de l'unité de combat.

Les grades supérieurs nécessite évidemment une capacité de gestion organisationnelle pour la prise en charge de plusieurs unités de combat. Le Général des Armées de l'Air s'assure d'aligner à ses côtés des personnes qui ont une vision similaire du développement et des orientations de notre organisation. Le travail effectué au sein de l'organisation, les rapports fréquents émis à l'État-Major, l'impact de ce pilote au sein des autres membres sont des facteurs importants de promotion.

On prévoit actuellement un colonel par tranche de 3 unités de combat et un brigadier général par division.

----

Création d'une nouvelle escadrille de combat

La formation d'une nouvelle escadrille nécessite au moins un pilote avec le grade de major. La formation d'une escadrille nécessite une demande officielle au général des armées de l'air afin de recevoir les documents d'inscription. La demande est suivie d'une démarche de vérification avant d'obtenir les autorisations requises. Les pilotes doivent se conformer à des exigences précises du C.E. et du Général des Armées de l'Air.


Liens pertinents:

- Real Military Ranking (USA)

- DND - Grades militaires (Canada)

- Bannières des communications officielles du 101e Escadron